Forum NC [-15 ans]
/!\ violence /!\
 

Partagez | 
 

 I'm feel like a Monster [[PV Ralph & libre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seven

avatar



Messages : 49
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Tom Felton
Fiche : 7
Âge : Inconnu
Arme fétiche : Poignard - Desert Eagle 50AE

Liens : ☼ OPEN ☼

Nathan Butcher: Meilleur ami & frère

Personnages joués
Personnages PCs

MessageSujet: I'm feel like a Monster [[PV Ralph & libre...   Mer 2 Mai - 12:36



    Tu étais persuadé de t'être trompé de cible. En réalité, tu venais de te tromper de monde. De vie. Ce n'était pas celle qui t'étais destinée. Alors, pourquoi tu cours, petit lièvre ? Détale, oui, fuis. Car l'homme qui n'aura de cesse de te poursuivre est juste derrière toi. Il approche, il gagne du terrain. Mais la fable, que j'ai envie de vous conter, est différente de celle-ci. Le lièvre est un homme. L'homme est un monstre. Seven semblait attirer les ennuis et cela s'affirmait d'autant plus que ce matin même, en ouvrant les yeux, la première chose qu'il avait vu était un visage déchiré, en lambeaux. Ce n'était le soleil qui l'avait forcé à ouvrir les yeux, c'était cette puanteur insoutenable de chair en putréfaction, l'odeur âcre de la mort. Par le plus grand des miracles, la créature n'avait pas eu le temps de le mordre et le jeune homme avait répliqué d'un violent coup de poignard dans l'abdomen. Peu utile. Permettant simplement de saisir... Son courage à deux mains et de fuir. Tant pis pour le sac. Au diable les provisions. Seule une course effrénée l'empêcherait de succomber. Alors, Seven couru. Sans s'arrêter. Jusqu'à trouver une voiture. Remplie d'essence. Celle des hommes qui l'avaient, la veille, pourchassé dans les rues de Knoxville. Voleur ! Voleur! Alors, Seven monta dans la voiture, prit le volant, démarra en trombe et disparu à l'horizon. Peu de discrétion. A quoi bon ? Knoxville était devenue trop peuplée à son goût. Trop de monde. Trop de risques. Roule ! Roule sans t'arrêter! C'est ce qu'il faisait. C'est ce qu'il ferait jusqu'à la fin. Ou du moins, jusqu'à la panne... Ce qui ne tarda évidemment pas.

    Il avait arrêté de suivre les panneaux indiquant diverses villes. Il était descendu de la caisse et l'avait laissée abandonnée sur le bas côté, pauvre petit squelette de scarabée. Autoroutes devenues cimetière de voitures, bas-côtés s'affirmant en tant que planque à rôdeurs. Son regard avait parcouru la zone. Silencieux petit homme. Demain, il reprendra la route. En attendant, il va chercher un endroit où se reposer, quelque chose à grignoter. Alors, il se met en marche vers un hameau abandonné. En silence, à travers gens. Silence éternel. Silence immortel. Laisse toi entraîner dans ce monde parallèle... Tendre les bras à sa mort ? Pourquoi pas. Et Seven n'a pas fini de voir des choses qu'il ne comprendra pas.

    En effet, il trouve une petite maison abandonnée. En effet, il grimpe sur le toit dans l'espoir de s'y installer. Et en effet, il y voit un homme. Il adulte, d'une quarantaine d'année. Seven lui sourit, sourire d'enfant comme il a l'habitude de le faire. Sourire innocent, rassurant. Mais l'homme le regarde, sans rien exprimer, qu'une immense tristesse. Il s'approche du bord du toit. Un pas. Deux pas. Il s'arrête, se retourne. Il regarde Seven. Échanges silencieux. Adieux audacieux. Je ne t'oublierai pas. « Le monde est devenu fou mon garçon. » Silence. « - Je crois que je n'ai plus rien à attendre de la v... » « - Tout ce qui t'attend en bas, c'est le sol. ». Regard rieur, joyeux. Déconcertant. « Mais, ne te prive pas de cette joie pour moi. » Seven rit. C'est un jeu. Un vilain jeu. L'homme n'est pas assez concret à son goût. Tu veux mourir ? Fais le et ne te gêne pas! L'homme le regarde. La peur se dessine dans ses yeux. « Mon dieu. Toi aussi. Toi aussi tu es devenu fou ! » Seven s'approche en sautillant, sourire au lèvres. A mesure qu'il s'approche, l'homme recule, recule. Il lui sourit. Il ne l'aime pas. Il le sent. « Moi, c'est différent. ». Il s'approche encore. L'homme bascule dans le vide, Seven le saisit brutalement par le col de sa chemise. Réflexe. Ses yeux se noient dans le regard de l'adulte. « - Je l'ai toujours été. » « - C'est ce que tu crois. En es-tu sûr ? » Doute. « Allez petit, aide moi à remonter. » Tais toi. Tu as tort, tu ne sais pas. « Hé, mon garçon... ? » La ferme, la ferme!Seven le regarde. Il aimerait lui poser beaucoup de questions. Il voudrait savoir, tout savoir. Pourtant...
    Pourtant, il lui adresse un dernier sourire et ouvre sa main. L'homme le regarde, horrifié. Il tend les bras dans sa chute, semble vouloir se raccrocher à sa dernière chance de survie. Ce garçon blond aux yeux azur. Et Seven le regarde tomber, mains dans le dos, souriant. Il n'est pas un meurtrier, oh non. N'a pas les mains tâchées de sang. L'homme voulait mourir, il l'a simplement aidé. Fou, vous croyez?

    Silence maintenant. Que du silence. Ellipse. 24 heures se sont écoulées. Il est aux environs de 18 heures. Seven arrive aux portes de Nashville. Quel drôle de nom! Sans le savoir, en s'éloignant de Knoxville, trop peuplée, il s'est également éloigné d'un refuge éventuel. Rectification : il le sait. Mais son but n'est pas d'aller là-bas. Son but ? Il n'en a pas. C'est ça qui est amusant. Respire, à fond. Il marche dans les rues. Sur son dos, le sac de l'homme qu'il a 'aidé' avant de reprendre la route. Dedans, quelques provisions, une arme à feu, une bande, du désinfectant et une lampe torche. Pas grand-chose en somme, mais le nécessaire. Vital, dirons-nous. Il respire normalement, cet air puant. Un bruit. Il fait volte face. Un cadavre. Il le regarde, lui sourit vaguement et lui tire une balle dans la tête. Conscient que le bruit va attirer du monde, il ne s'en formalise pourtant pas et continue à marcher paisiblement. Il ne se sent pas vraiment épié. Juste moins seul. L'écho du coup résonnant encore dans ses oreilles. Comment veux-tu être moins seul si tu tues tous les survivants?
    Gamin. Adulte. Perdu. École primaire ?

    Pourquoi pas ? Il passe lentement. Marche dans les couloirs vides. Caresse un mur du bout des doigts, caresse le sang d'un enfant et pense à ce même enfant. Petite fille ou petit garçon ? cinq ou sept ans ? Douleur atroce ou souffrance ultime ? Il sourit à cette idiote pensée. Non, l'enfant est mort, point final. La suite, on la connait déjà. Il est devenu un monstre. Seven ne porte pas d'armes sur lui à l'instant même. Son poignard est à sa taille, son Desert est dans son sac. Imprudence ? Carrément. C'est amusant. Il marche jusqu'à s'arrêter devant une porte. Une porte derrière laquelle il entend du bruit. Un râle. Un rôdeur, enfermé là dedans ?! Il passe finalement à la pièce d'à côté et ouvre doucement. Il se glisse à l'intérieur et referme derrière lui. Il bloque même vaguement la porte. Bloquer est un bien grand mot. Il pose juste une chaise devant de manière à être sûr d'entendre si quelqu'un vient. Silence. Délicieux. Délectable. Il s'approche du bureau. Il s'installe sur la chaise, pose son sac à ses côtés. Ses yeux parcours la pièce. Plaisir malsain mais plaisir tout de même à s'imaginer professeur face aux élèves. Rêve, évasion. Tu es fatigué.. Il se balance calmement et fini par caler le dos de la chaise contre le mur. Il croise les bras sur son torse et s'assoupit, à demi. Jusqu'à ce que la chaise bloquant la porte d'entrée tombe. Jusqu'à ce que quelqu'un entre. Il ouvre un oeil et, à peine après avoir vu quelqu'un qui n'est pas un zombie, le referme. C'est tellement plus drôle de ne pas savoir qui c'est ! Alors, il sourit. Sourire amusé. Sourire innocent.


« Je croyais que les cours avaient cessé... »

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X


Il est consolant de penser que si la folie ne gagne rien au contact de la raison, en revanche, la raison s'altère au contact de la folie. “ I mean he’s sensitive, people bully him, too, and he feels lonely and hasn’t got anybody to talk to, and he’s not afraid to show his feelings and cry! ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ralph

avatar



Messages : 25
Date d'inscription : 30/04/2012

Ft : Alex Pettyfer
Fiche : Ici
Âge : 18
Arme fétiche : Batte de base-ball

Liens : Hope : EN COUR
Seven : EN COUR
Amy : EN COUR

MessageSujet: Re: I'm feel like a Monster [[PV Ralph & libre...   Mer 2 Mai - 21:51

Time to nut up Or shut up

Ralph se déplaçait tel une ombre dans les rues de Nashville, ville où il subsistait depuis bientôt plus de trois mois. Trois mois… Trois mois passé au milieu de hordes de zombies qui n’attendent qu’une seule et unique chose, vous bectez ! D’ailleurs, vu les très hautes capacités cérébrales qu’il possédait, ils ne vous considéraient très certainement davantage comme un jambon sur patte plus qu’autre chose. Ralph les avaient d’ailleurs très souvent observées, tapis dans l’ombre, sans faire aucun mouvement brusque ou un quelconque bruit. Ces cadavres ambulants se déplaçaient avec grande peine et semblait incapable de courir vu le peu de coordination de mouvement qu’il possédait, en effet, leurs mouvement étaient sans cesse brusque et sans aucune adresse. Ils sont certes de merveilleuses cibles pour le ball-trap mais l’inverse est sans doute impossible, et puis bon, ça se serait sut si les zombies étaient des tireurs hors pairs… C’est surtout leurs nombres qui faisaient leurs forces, un zombie seul est inutile et sans danger, en effet même une grand-mère en lui donnant un coup de canne le fait s’écrouler au sol. Mais à vingt, cent ou plus, tout devient beaucoup plus compliqué…

Et justement, les zombies étaient de sortit ce jour-là, cela ne faisait pas une heure que Ralph marchait qu’il repéra un groupe d’une trentaine de zombie avançait comme un seul homme dans sa direction mais à y voir de plus prés, ce n’était pas le blondinet qui avait manqué de discrétion, cette dernière qui lui permettait de survivre depuis tout ce temps, son arsenal n’étant pas de première qualité, mais une petite fille d’un peu moins de dix ans qui avait été repéré et qui n’avait maintenant pas d’autre choix que de courir mais Ralph, ne pouvait rien faire et il se cacha sous une voiture, du moins l’épave qui était encore là.

Mais il faut comprendre ce que n’était pas qu’il ne pouvait pas mais qu’il ne voulait rien faire, en effet, il pouvait venir la chercher mais il se ferait repérer à son tour et ça ce ne serait que prendre trop de risque, et puis elle avait peut-être déjà été mordu par un zombie, ce ne serait alors qu’une question de temps pour qu’elle se transforme elle aussi en monstre désarticulé. En effet, pour le jeune homme qui souffrait depuis son traumatisme au début de l’infection de tendances paranoïaques, il n’était pas question de sauver qui que ce soit ou de faire confiance. Il avait l’impression d’être persécuté en permanence, ce qui n’était pas faux dans un sens car la compagnie de ces êtres hideux était tout sauf amicale, d’ailleurs cela ne l’arrangeait pas vraiment.
Une fois que la petite fille suivit d’une tribu de cadavre titubant fut passé, Ralph se releva, certes avec quelques difficultés à cause de ses un mètre quatre-vingt-quinze et de sa centaine de kilos, mais il se releva et continua sa route jusqu’à rentrer dans l’école primaire de Nashville, ou il avait pensé la majeur partie de son enfance. Il ne savait pas vraiment pourquoi il allait là, quête de souvenir ? Envie de retourner en enfance ? Essayer d’échapper à la dure réalité ? Il y avait sans doute un peu de tout. Il rentra donc dans l’école, et observa les portes manteaux situé à l’entrée, il s’approcha de celui en dessous duquel il y avait son nom, plusieurs années auparavant, et auquel il mettait sa veste. Pendant quelques secondes ses souvenirs lui permirent de s’éloigner de la réalité, mais le bruit caractéristique d’un de ces êtres en putréfaction le rappela à la réalité. Pour son grand malheur, c’était le corps sans vie de son ancienne professeure qui se dandinait maintenant pour l’atteindre.

Il hésita un moment, se reculant de quelques pas, interloqué, hébété, profondément choqué d’ailleurs par l’immense écart entre la réalité qu’il voyait devant ses yeux et celle qu’il gardait dans son esprit d’enfant. Mais finalement, il se résigna, non sans une certaine lassitude. Il contracta tout les muscles de ses bras et leurs insuffla un maximum de puissance en les déployant transmettant l’énergie cinétique à la batte de base ball qui heurta violemment crâne de la professeure, réduite à l’état de monstre putride. Le choc fut tel que cette dernière fut éjecté à deux ou trois mètre de Ralph qui n’eut même pas à l’achever, la boite crânienne de la professeure ayant littéralement explosé.

Il rentra ensuite dans une salle de classe, dépiter par cette rencontre, la porte semblait bloqué, aucun problème pour lui, il n’eut qu’à donner un coup de donner un coup d’épaule et le bout de bois s’ouvrit. Il tomba alors nez à nez avec un jeune homme blond. Ces yeux étaient fermés et son visage au teint pâle et blanc couvert de cicatrice rouge lui fit croire pendant que c’était encore un autre zombie, qu’il ne connaissait cette fois ci d’ailleurs mais dés qu’il prit le parole, il comprit que ce n’était pas le cas. Il ferma alors la porte.

« Je croyais que les cours avaient cessé... »

Le silence qui régnait depuis l’arrivé de Ralph et la mort de la professeure reprit alors son cours, ce fut pour le blondinet comme si les mots faisait un écho, étant répété sans cesse. Aussitôt, il se rappela de ces images à la télé de ces pères venant chercher leurs enfants à l’école pour les emmener chez eux et les protéger, dans le même temps, il pensa a la petite fille qu’il avait croisé dans la rue et il repensa à son père et à sa sœur. Les mots prononcés par le jeune homme qui affichait désormais un sourire augmentant de volume toujours en un long écho dans la tête de Ralph qui commençait à avoir une larme qui perlait sur sa joue.

Et puis, il essaya de se calmer, repensant à des moments joyeux de sa petite existence, notamment ceux passait a l’école dans laquelle il se trouvait. Cela fonctionna, il calma peu à peu, ses élans paranoïaques et réussit à se canaliser pour pouvoir répondre calmement et clairement.

« Qui est tu ? »


Dernière édition par Ralph le Ven 11 Mai - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seven

avatar



Messages : 49
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Tom Felton
Fiche : 7
Âge : Inconnu
Arme fétiche : Poignard - Desert Eagle 50AE

Liens : ☼ OPEN ☼

Nathan Butcher: Meilleur ami & frère

Personnages joués
Personnages PCs

MessageSujet: Re: I'm feel like a Monster [[PV Ralph & libre...   Lun 7 Mai - 21:07

    Qui es tu ? Cette phrase résonne en lui. Echo terriblement révélateur de ce qu'il ne sait pas. De ce qu'il ne sait plus. Qui es tu ? Quoi répondre ? Il n'y a rien à dire. Il n'y a plus rien à dire. A ajouter. Alors, un sourire se dessine sur son visage d'ange. Presque moqueur. Ironie tragique n'est-ce pas ? Comment répondre. Comment lui expliquer ? Je ne sais pas. J'aimerais savoir vois-tu, mais je n'en sais strictement rien.
    Il cesse alors de se balancer. Les quatre pieds de la chaise touchent le sol dans un bruit sec et dans la continuité du mouvement, Seven pose ses avant-bras sur la table, les yeux grands ouverts vers le jeune homme qui est entré dans la pièce, troublant son moment de repos si bien mérité. Il le fixe de ses grands yeux azurs. Il a pleuré ou quoi ? Il a une trace de larme sur la joue. C'est idiot de pleurer, y a personne pour le consoler. Surtout pas notre jeune adulte blond ! Qui le toisait d'un air purement curieux. Décidément, après tant de temps à lutter contre la solitude, il croisait pratiquement un vivant par jour ! Un vivant oui et non survivant. Soyez moins pessimiste ! Ainsi donc, il adressa un petit sourire au pleurnichard qui lui faisait place, avant de lever la main et de venir se toucher le front du bout des doigts, comme plongé dans une profonde réflexion. Il finit par la laisser retomber mollement. Son sourire ne disparaissant pas de son joli minois.


« Ça n'a pas d'importance ! Si ? »

    Il haussa un sourcil. C'est vrai que la notion d'identité était devenue quelque chose de vague pour Seven. Quelle idée, cette obsession du prénom ! Qui qu'on soit, de toute façon, ça n'avait pas d'importance, vraiment. Alors, oui, quelque par, il trouvait ça carrément stupide. Mais pouvait-on en vouloir aux hommes et femmes qui ne se raccrochaient plus qu'à ça ? C'est vrai, quand on a plus rien, tout devient quelque chose de marquant, tout devient désir et besoin. Sauf pour le jeune adulte. Pour qui plus rien n'était si important que le fait de s'amuser un peu. Alors, oui, « Seven » était fou. Mais dans sa folie, il était le plus heureux des hommes.

    Il se redressa doucement et finit par se relever. D'un geste de la tête, il invita le jeune homme à prendre place à l'un des sièges. Quant à lui, il prit la chaise, la retourna et s'assit à califourchon dessus, le dossier lui servant d'accoudoir. Le sourire sur son visage s'agrandit finalement. La salle de classe empestait le cadavre en putréfaction, néanmoins, l'air était tout à fait respirable, peu de zombies ayant dû parvenir à entrer ici. Mais le lieu n'était pas la seule raison du sourire joyeux du garçon. Il y avait autre chose de plus... Concret ?


« Mais qu'est-ce que l'identité ? C'est vrai ça, tu le sais toi ? Comment on peut savoir qui on est vraiment ? C'est con à dire n'est-ce pas blondinet ? Mais on est jamais sûr de rien. Appelle-moi Seven, c'est comme ça que les gens que j'ai croisé m'ont appelé ! Mais perso, je m'en fous. Appelle-moi comme tu veux, en fait. T'es seul non ? T'as l'air tendu mon gars. Détends toi, respire un bon coup. T'as un nom ? »

Oui, c'est très nul. Désolée, vraiment.

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X


Il est consolant de penser que si la folie ne gagne rien au contact de la raison, en revanche, la raison s'altère au contact de la folie. “ I mean he’s sensitive, people bully him, too, and he feels lonely and hasn’t got anybody to talk to, and he’s not afraid to show his feelings and cry! ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ralph

avatar



Messages : 25
Date d'inscription : 30/04/2012

Ft : Alex Pettyfer
Fiche : Ici
Âge : 18
Arme fétiche : Batte de base-ball

Liens : Hope : EN COUR
Seven : EN COUR
Amy : EN COUR

MessageSujet: Re: I'm feel like a Monster [[PV Ralph & libre...   Ven 11 Mai - 21:42

Le visage de l’inconnu sembla tiqué à la question que venait de poser Ralph, il semblait troubler, incapable de pouvoir répondre. Il essaya de désamorcer la situation en souriant sur son visage d’ange mais Ralph le regardait toujours d’un air sevère, méfiant. Alors que le sourire de l’inconnu semblait ironique, presque moqueur, ou alors simplement tragique s’il ne connaissait pas sa véritable identité. L’expression glaciale de Ralph lui fit en effet perdre le sourire et il cessa dans le même temps de se balancer sur sa chaise. Entrainant un bruit soudain sur au moment du contact de la chaise sur le parquet de l’école, ou plutôt de l’ancienne école. Il fixa alors Ralph de ses yeux azurs, non content de ne toujours pas donné de réponse à sa question, ce qui agaça notre grand gaillard au plus haut point.
Il adressa alors un nouveau petit sourire au blondinet tout en se touchant le front avec ses doigts, laissant paraître une profonde réflexion. Déjà Ralph s’impatientait et pestait contre ce deuxième inconnu rencontré en trois mois de survie. Il lui faut tant de temps que ça pour donner une réponse ! Le sourire toujours affiché sur son visage, il ouvrit enfin une nouvelle fois la bouche…

« Ça n'a pas d'importance ! Si ? »

Mais malheureusement pour rien dire, ce qui fit hausser un sourcil à Ralph, surpris de cette question peu habituelle, il commençait à se poser de sérieuse question sur ce personnage. Et si c’était un mutant, ayant a moitié le ‘virus’ et ne l’ayant pas à moitié ? Cela rendrait compréhensible ses faibles capacités intellectuels pour répondre à une question simple. Certes maintenant que c’était l’apocalypse, cela n’avait plus beaucoup d’utilité mais c’était quand même la base de tout être humain, avoir un nom, un prénom ou au moins un surnom quelques chose quoi pour s’appeler. Cela semblait stupide mais au contraire c’était très important, le prénom en lui-même n’avait aucune importance, qu’il s’appelle Pierre, Paul ou Jacques. Ce qui était primordiale, c’est que par se prénom un premier lien s’établissait, il y avait une différenciation des autres humains. Bref, on ne va pas faire un cours de sociologie hein.

M’inconnu finit par se redresser tranquillement et par sa relever. D’un geste, il invita Ralph à prendre place à l’un des sièges. Mais le jeune blondinet ne bougea pas d’un pouce de sa place, méfiant de nature, il continuait de regarder ce personnage étrange d’un regard glaciale et sévère. Quant à l’inconnu, il prit la chaise et la retourna pour s’y asseoir dessus à califourchon, s’appuyant par la même occasion sur l’accoudoir. Son sourire, qui n’avait pas bougé depuis sa précédente apparition s’agrandit alors sans raison apparente. Ralph possédait dans tout les cas sa batte de base-ball au cas où. Un bon coup dans la dentition de ce rigolo allait lui remettre les idées en place.


« Mais qu'est-ce que l'identité ? C'est vrai ça, tu le sais toi ? Comment on peut savoir qui on est vraiment ? C'est con à dire n'est-ce pas blondinet ? Mais on n’est jamais sûr de rien. Appelle-moi Seven, c'est comme ça que les gens que j'ai croisé m'ont appelé ! Mais perso, je m'en fous. Appelle-moi comme tu veux, en fait. T'es seul non ? T'as l'air tendu mon gars. Détends-toi, respire un bon coup. T'as un nom ? »

Ralph fut quelques peu décontenancé par les propos assez étrange, qui venaient d’ailleurs d’une personne étrange qu’il associait désormais à un prénom ou du moins ce qui ressemblait à un surnom. Seven, quelle drôle de nom pourquoi pas libellule ou papillon. Un nom qui allait plutôt bien à cette personne d’ailleurs. En tout cas il avait l’air sévère ce qui calma un peu Ralph qui avait des tendances un peu paranoïaque mais il tenait toujours prêt à tout. Il fit tout de même un effort, et il prit une chaise et s’assit en face de celui qu’il appelait Seven à présent, et posa le haut de la batte de base-ball sur le sol, de telles sortes qu’il pouvait s’appuyer a la manière d’une canne sur sa batte. Il revint et fixa le regard de Seven, lui lâcha un léger sourire avant de répondre à sa question.

« Tu as mit du temps à répondre, en tout cas moi c’est Ralph. Enchanté de faire ta connaissance Seven dans ce monde de barbare. Tu es la deuxième personne saine que je rencontre en plus de tro… »

Un bruit sourd et distinct se fit alors entendre, du côté de la porte. Un peu comme un cognement, Ralph s’arrêta de bouger, voir même de respirer pour écouter ce qui se passait et surtout ce qu’était cette chose. Dans tout les cas après être rentré, il avait bloqué la porte avec une chaise mais cela allait s’avérer problématique dans le cas où ils aient besoin de sortir, remarque, il y avait toujours les fenêtres au cas où donnant sur la court de la petite école mais en cas d’une trop grande influence de zombie, il y allait avoir sans doute quelques soucis… Ralph en même temps d’écouter, réfléchissait à toute les éventualités possibles, sa tendance paranoiaque le transformait en une machine à probabilité, anticipant les moindres évènements susceptibles de se produire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I'm feel like a Monster [[PV Ralph & libre...   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm feel like a Monster [[PV Ralph & libre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Tapis] Feel by Animi Causa
» RALPH PAQUAY
» 06 - GOMMA & RALPH, mère-fils TECKEL poil court
» big monster
» Les BIG Monster lights

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Nashville :: The Elementary School-