Forum NC [-15 ans]
/!\ violence /!\
 

Partagez | 
 

 Shared Loneliness Ω Hope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Omega

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Alex Arnold
Fiche : Omega Ω, cela signifie la fin.
Âge : 19 ans
Arme fétiche : Un katana, et un couteau suisse.

Liens : A venir.

MessageSujet: Shared Loneliness Ω Hope   Mar 24 Avr - 21:01


    Survivre. Quoi qu'il advenait. Malgré les pertes. Oubliant que les visages, les têtes que l'on abat n'ont plus rien d'humain. Ne pas regarder ces regards vides des gens que l'on avait peut-être déjà rencontrés. Des gens qui avaient une histoire.

    Ω

    Il était recroquevillé sur le siège de la voiture. Les yeux fermés, son arme dans ses bras, serrée contre lui comme un enfant s'agripperait à sa peluche, il dormait d'un sommeil léger. Très léger. Il était impossible de dormir paisiblement, ainsi. Il avait trouvé un endroit désert. C'était tellement rare... et toujours suspect. Dans les moindres recoins, pouvait se trouver un rôdeur, ou même plusieurs. La peur régnait toujours. C'était insoutenable. Encore plus lorsque l'on était seul.

    Seul ?

    « [… ] vivre, que nous continuerons […] Gardez espoir en la vie. C'était Hope, à demain. »

    L'adolescent sursauta. La voix venait de sortir de la cibi du vieux 4x4 d'O'Malley. Il ouvrit les yeux, regarda autours de lui, tandis que la voix grésillante et entre-coupée s'éteignait, l'abandonnant de nouveau à son triste silence. Il se redressa, attrapa la cibi et lança un maladroit appel :

      « Allo ? Y a quelqu'un ?! »


    Sa voix se perdit dans le vide. Son message sembla s'égarer dans les ondes, car seulement un long grésillement grave lui répondit. Il n'y avait plus personne. Il se laissa retomber sur le siège. Avait-il rêvé ? La faim, la fatigue et la peur lui causaient-elles des hallucinations ? Hope... L'espoir. L'espoir était une notion trop vaine à présent pour qu'il puisse s'y raccrocher. Il avait dût rêver. Il ferma les yeux. S'autorisa une larme. Puis pinça ses lèvres gercées pour calmer cet écart de faiblesse, crispant de nouveau ses doigts sur son arme. La nuit tombait. Il espérait que cet espèce de parking en périphérie de la ville ne soit pas un mauvais plan. Il espérait pouvoir se réveiller avec son corps intact, et calmement.

    Ω

    Le soleil perça lentement à travers les vitres teintées du véhicule. Son rayon tiède vint caresser le visage de l'adolescent, qui rouvrit les yeux doucement. Il se frotta la joue endolorie par sa position, et regarda autours de lui. Tout était toujours désert. Il était toujours en vie. Il soupira. Il fallait qu'il bouge de là. Il devait trouver des vivres. Tout ce qu'il y avait là, c'était deux barres de céréales à la fraîcheur douteuse, et une fiasque d'alcool fort, au vu de l'odeur. Il soupira, et attrapa la cibi, et l'apporta près de ses lèvres, pour lâcher un message court, et teinté de désespoir « Hope, ou je ne sais qui. J'ai besoin d'aide. » Il se tut. Son regard se porta sur son poignet, sale, mais où son tatouage, fait quelques semaine avant l'infection, ressortait. « Je suis Omega. Au revoir. » Il n'avait jamais été très loquace. C'était ainsi. Ce n'était pas la fin du monde qui allait le faire sortir de sa coquille miraculeusement. Il soupira, reposa la radio à sa place, et extirpa de sa poche les clefs. Il avait beaucoup roulé pour quitter Nashville ces derniers jours, presque sans s'arrêter. L'essence elle aussi commençait doucement à manquer, bien qu'il disposait encore de nombreux kilomètres. Il enfonça les clefs, et les tourna d'un geste mécanique. Il devrait se rapprocher de la ville. C'était dangereux. Mais il n'avait plus le choix. Si les rôdeurs ne lui tombaient pas dessus, ce serait la faim, et quoi qu'il advenait la mort. Il n'avait plus rien à perdre.

    Ω

    Il s'arrêta devant le grillage défoncé. Le 4x4 était plus ou moins caché par un arbre. Il se glissa dans le trou, juste assez gros pour lui, et, le katana bien en main, s'aventura dans le parc abandonné. L'odeur forte de la putréfaction envahit rapidement ses narines, un haut le cœur le parcourut. Il continua cependant son excursion, tentant d'ignorer les cadavres d'animaux qui reluisait au soleil du matin. Son objectif était cette espèce de cafétéria. La devanture était encore presque intact, étonnement. Silencieux, sur ses gardes, il s'en approcha. Méfiant, il jeta un coup d’œil à l'intérieur. Cela semblait désert. Les tables étaient reversées, tout comme les chaises. Des tâches de sang séché trahissait le massacre qui avait dut se produire là. Il s'introduit doucement à l'intérieur, parcourant le macabre restaurant, priant pour que les cuisines disposent encore de quelques ressources. Il s'approcha de la porte portant l'inscription, à pas de loup. C'est au moment où il allait pousser le pan de bois que la chose sortit. Une fillette, portant un T-shirt à l’effigie du parc animalier. Le visage boursouflé, le corps mutilé, elle n'avait plus rien d'humain. Sa bouche s'ouvrit dans un feulement animal, de prédateur affamé.

    Omega fit un pas en arrière, avant d'asséner un coup de katana sur le crâne du rôdeur, le faisant retomber au sol dans un bruit étouffé. Il ne put contrôler ses tremblements, et sa gorge se noua, tandis qu'il contournait le cadavre de l'enfant. La cuisine était ravagée. Il n'y avait pas d'autres rôdeurs, mais il se doutait qu'ils n'étaient pas bien loin. Il s'approcha d'un pas rapide des grands placards, les fouillant avec ardeur, triant les paquets de nourritures éventrés.

    Derrière lui, il entendit la porte s'ouvrir de nouveau, et une présence nouvelle dans son dos. Il s'arrêta net, pétrifié. Puis, il se tourna, pointant son arme devant lui, tâchant de contrôler ses tremblements. Il n'aurait plus peur.

    Seulement... Il ne pointait pas son arme sur un zombie. Non. La personne qui se dressait face à lui était...

      « Vivante ?! »


    Ce mot venait de s'échapper dans un murmure surpris de ses lèvres. Bon sang. Était-ce des hallucinations visuelles cette fois-ci ?

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

“ I never thought I'd feel this.
Guilty and unbroken down inside.
Livin' with myself, nothing but lies. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope

avatar



Messages : 49
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Amanda Seyfried
Fiche : Tout sur moi..
Âge : 27 ans
Arme fétiche : Un arc plutôt multifonction ainsi qu'une machette et divers poignards, au cas où.

Liens : J-J • Ami.
Quincy • Petite soeur adoptive.
Rafael • Complice, jeu.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Mar 24 Avr - 21:51


Je crois que le temps a vraiment trop passé. Je crois que les gens ont trop changé. Que l'envie de vivre commence à s'en aller. J'ai peur que nous devenions comme les autres, des prédateurs assoiffés de faire couler le sang de leurs anciens congénères. Ce n'est pas ce que je veux pour eux, ce n'est jamais ce que j'ai voulu et je ne voudrais jamais ça. Je tiens à mettre un point d'honneur sur ce point, nous tuons uniquement pour notre survie. Et jamais pour le plaisir. Je crois que le temps s'enfuit à un rythme fou, que nous perdons chaque jour un peu plus de ce qui fait de nous des êtres doués de compassion et capables d'aimer. Sans être prête à philosopher, j'ai juste peur de ce qu'il adviendra de nous. De nous tous.


• • • Ægroto dum anima est, spes est • • •

L'inquiétude n'est que l'image d'un absurde sentiment à présent. On ne peut pas être ponctuellement inquiet alors qu'on risque de mourir à chaque instant, c'est devenu un sentiment totalement dérisoire. Nous sommes constamment terrifiés, oui. Et le seule moment qui nous permet de respirer un peu est l'appel à la radio. Je fais de mon mieux pour les diversifier, pour que les gens qui m'écouteraient ne pensent pas qu'il s'agisse d'un message pré-enregistré par le gouvernement ou un truc de ce style. Ça peut me faire passer pour une paranoïaque, mais vous n'avez même pas idée de la moitié des gens que nous avons pu rencontrer depuis le tout début de l'épidémie. Alors j'ai continué mes appels, même s'ils continuaient à n'entraîner aucune réponse. Après tout, je n'avais aucune raison d'arrêter. Quand je pense à leur évolution... Et dire qu'au tout début il s'agissait tout bonnement d'appels à l'aide, ni plus ni moins. Maintenant c'est moi qui tente de venir en aide aux autres. D'ailleurs, ce fut sans doute ce soir-là que toute la communauté, tout le groupe s'éveilla d'un très long sommeil, d'une torpeur malsaine à l'appel d'une voix. Une voix perdue, une voix faible, mais une voix qui répondait à mes mots. Je crois que je n'ai jamais été plus heureuse de voir quelqu'un sur Terre qu'à cet instant. Naturellement, si cette personne aurait pu nous venir en aide, la vie aurait été beaucoup plus simple, plus gaie, sans doute, sauf qu'à l'entente d'une timbre brisée, il était difficile d'espérer de l'aide de ce côté.


Naturellement, il avait été difficile d'espérer que le message parvienne en entier à ses destinataires. Malgré tout, les principaux mots qui arrivèrent à destination suffirent au groupe à reprendre vie, une activité, une organisation mais surtout à regagner l'espoir qu'on pouvait survivre dans cette apocalypse contemporaine. « Besoin d'aide … Omega » Voilà en gros ce que Quincy et J-J avaient réussi à déchiffrer alors que Rafael demeurait absent. Il était partit chasser dès le début de la transmission à laquelle il n'avait pas désirer participer. Et j'avais passé de longues minutes à insulter l'inconnu de la radio. S'il savait comme j'aurais désirer l'aider, mais comment aider quelqu'un dont on ne sait même pas l'emplacement ? Il aurait pu être à Knoxville comme à Union City, ça n'aurait rien changé. Malgré tout, je gardais l'espoir que ce signe n'était pas dû au hasard et que peut-être, enfin, les évènements tournaient en notre faveur. Ainsi qu'en celle de l'inconnu, sans doute. Les décisions furent vite prises, je partais pour Memphis le lendemain. Naturellement, négocier une expédition seule n'avait pas été de tout repos. Il fallait avouer que les liens si forts au sein du groupe me touchaient, mais j'avais besoin de valider ou non l'instinct qui faisait de moi celle que j'étais. Je ne leur laissais pas le choix. Et étrangement, ils n'opposèrent pas grande résistance.


• • • Ægroto dum anima est, spes est • • •

Ainsi, dès le lendemain, je partais avec mon arc. On aurait de plus en plus dit une sauvage, mais bon, on me pardonnait cela, hein. Et je prenais la direction de Memphis, grande ville la plus proche, la plus dangereuse aussi, mais où la nourriture mettait bien sûr un pied d'égalité tous les dangers qui rôdaient – c'était bien le mot – dans le coin. Bizarrement, aussitôt dans la ville que je connaissait à présent par cœur, depuis déjà quelques mois, peut-être même des années sans en avoir entièrement conscience, j'eus une étrange impression. Peut-être une odeur, ou un calme qui était plus qu'inhabituel. Mais pas question d'approcher en voiture. Alors ce fut à pied que je continuai mon chemin. L'avantage, c'était bien que j'avais appris à chasser en forêt contre des animaux qui guettaient le moindre bruit, l'avantage c'était que les rôdeurs étaient pour la plupart lents et pas vraiment discret, le problème, c'est qu'ils guettaient également l'odeur et je n'étais pas encore tombée assez bas pour me parfumer au rôdeur.


Je ne sais même plus pourquoi j'ai atterrit devant le zoo municipal. Plus j'y repense et plus ça paraît peu probable, voir stupide à vrai dire. Mais la voiture qui se trouvait à l'intérieur m'avait alertée. Lorsqu'il s'agissait d'un vivant, j'étais encore plus prudente. Avec tout les tarés qui tiraient sur tout ce qui bougeaient, je préférais avoir un coup, voire plusieurs, d'avance. Puis il y eut un bruit qui fendit l'air et qui me fit sursauter. Dans ce silence putride, ça paraissait étrange. Il y avait quelqu'un dans le restaurant. J'ignore pourquoi mon cœur s'est mit à battre à deux cent à l'heure, mais je n'ai même pas réfléchis, j'ai attrapé le métal froid de l'arc. Il était multifonction, tellement acéré sur les rebords qu'il servait sans problème d'arme blanche, tout comme le fil pouvait décapiter n'importe quel rôdeur. Pratique donc. Et terriblement efficace, mais salissant, même si c'est une autre histoire...


J'imagine qu'entendre une voix s'adresser plus ou moins à moi m'a figée. Cela faisait des mois entier qu'à part les membres du groupe, je n'avais croisé personne de vivant. Alors, voir ce … Gosse terrifié la menacer d'une arme lui glaça le sang. Ce fut sans aucun doute comme si une fois de plus la réalité s'imposait et l'attirait dans ses abîmes trop sombre. Elle ne reconnu pas la voix. Après tout, elle avait été tellement modifiée par les ondes radios qu'il aurait été difficile de le faire. Mais pourtant, elle se hasarda à tenter une approche en baissant un peu son arc pour ne pas paraître menaçante.


« Je suis Hope, je ne te veux aucun mal. »


X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

∞ Le début de l'apocalypse. Personne n'y a cru. Quand on t'annonce que tu vas te faire bouffer par un monstre qui a pu être un de tes ex, tu dis pas « Cool ! j'attendais ça depuis toujours ! » Non. Tu flippes. Tu nies. Après vient l'acceptation. Mais il ne faut pas qu'elle soit une résignation. Il faut qu'elle devienne ta motivation, pour te pousser à exister, pas juste à survivre. Un coup de pied au cul, en somme.
Hope


Dernière édition par Hope le Mer 25 Avr - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Alex Arnold
Fiche : Omega Ω, cela signifie la fin.
Âge : 19 ans
Arme fétiche : Un katana, et un couteau suisse.

Liens : A venir.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Mer 25 Avr - 20:23


Ω

    Hope. Hope... Son cœur rata un battement. Le temps parut se suspendre. Cette situation était étrange... Il avait l'impression qu'une détonation venait de parcourir son corps. Une voix. Une présence. Humaine. L'espoir venait se présenter à lui, la tête haute. Il n'avait plus vu quelqu'un de vivant depuis la mort de ses compagnons de survit. Son corps était parcourut de tremblements, et un vrombissement sourd résonnait dans ses oreilles.

    Il était dans un état second, entre la terreur et le soulagement. Il ne savait plus comment agir, réagir. Une goutte de sang visqueux s'écoula de son katana, s'écrasant au sol dans un bruit étouffé. Cela sembla le sortir de son état étrange. Son regard se porta sur cette goutte qui vint s'étaler sur le sol déjà sale. Une tâche brun sombre.

      « Hope... »


    Il soupira. Ferma les yeux, étouffant un juron. Même lorsque la fin du monde sonnait, que les humains se faisaient rares, il ne savait toujours pas comment agir avec eux. Il secoua la tête, relevant son regard sur elle. Cette jeune fille donc, était la voix de la radio. A croire que le destin avait décidé de s'amuser. Il la fixa un instant.

      « Je suis... »


    Il s'arrêta. Il n'était plus rien. Il avait presque faillit prononcer son prénom, par habitude. Il n'était plus Jérémiah Oliver. Dans un monde où l'humanité avait été détruite, l'identité officielle n'avait plus lieu d'être. Il n'y avait plus de papier. A présent, on choisissait qui l'on était. Il tira sur sa manche, dévoilant son tatouage.

      « Omega. »


    Omega, le symbole de la fin. Ce qui était à la base un surnom utilisé sur ses jeux en ligne, son identité virtuelle, était à présent sa nouvelle force. Le monde était en train de lutter contre sa propre fin, maltraitant ses enfants. Et lui, il portait la marque de cette fin. Il représentait ce nouveau tournant, qui marquait la fin d'une vie, et implicitement le début d'une nouvelle... Pour ceux qui y parvenait.

    Il soupira, baissant son arme. Ses doigts tremblaient de moins en moins. Heureusement. Ce n'était pas le moment de faire une crise de panique. Vraiment pas. Il porta son regard sur ses vieilles chaussures tâchées de sang, contemplant avec attention le bout de ces dernières. Son arme gouttait toujours du sang du rôdeur, dans un clapotis lugubre et régulier, qui rappelait la présence de la fillette qui gisait toujours au sol à quelques mètres d'eux. Il ne savait plus quoi dire. Il n'avait jamais sut trouver les mots pour les choses les plus simples, préférant bien souvent le mutisme aux bavardages inutiles. Mais la situation, cette ambiance étrange et justifiée qui régnait entre les deux êtres vivants était perturbante. Alors, il fit ce qu'il savait faire le mieux. S'excuser.

      « Désolé... Pour t'avoir pointé l'arme dessus. »


    Simple, et direct. De sa petite voix légèrement cassée, ayant bien peu servit ces derniers jours. Et le silence retomba.

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

“ I never thought I'd feel this.
Guilty and unbroken down inside.
Livin' with myself, nothing but lies. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope

avatar



Messages : 49
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Amanda Seyfried
Fiche : Tout sur moi..
Âge : 27 ans
Arme fétiche : Un arc plutôt multifonction ainsi qu'une machette et divers poignards, au cas où.

Liens : J-J • Ami.
Quincy • Petite soeur adoptive.
Rafael • Complice, jeu.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Jeu 26 Avr - 16:34


Je me souviens qu'un jour, Isa avait coincé notre ballon de basket sur le toit du gymnase. Impossible d'aller le chercher. Elle avait pleuré, pleuré, pleuré, et je n'avais eu de cesse de me ficher d'elle encore et encore. Je ne sais plus vraiment comment c'est arrivé mais un garçon est venu nous aider, le genre de garçon que ma mère craignait, elle disait qu'ils étaient trop marginaux pour une fille de bonne famille. Ma mère était une vraie garce. Ce n'est que mon avis, certes, et là n'est pas la question. Le garçon, donc, devant les larmes d'Isa, avait décidé de prendre son courage à deux mains et de grimper sur le toit par la gouttière branlante. C'était risqué et je pense qu'il le savait pertinemment. Je ne sais pas vraiment si il a fait cela pour elle, ou pour lui même, mais si dans l'instant je m'étais rendu compte qu'un acte de générosité était rare, j'en aurais sans doute tiré une leçon. Ce qui ne fut pas le cas. Tout c'était bien passé, il ne s'était pas blessé et nous avait rendu la balle avant de fuir sans même attendre de remerciement. Quand je pense que maintenant ce type a finit soit en steak à zombie soit en rôdeur lui même, ça me déprime.



• • • Dum spiro, spero • • •

Alors c'était lui. La voix à la radio. Alors mon instinct s'était avéré être exact. Peut-être que mon silence était caractéristique de la situation. Je ne savais même plus ce qu'il y avait à faire. C'était mon premier sauvetage prémédité. Enfin, sauvetage... Il n'encourait directement aucun danger pour le moment, et c'était rassurant. Par habitude, je jettais un œil aux possibles armes qu'il pouvait avoir, ainsi qu'au reste, nourriture qu'il avait trouvé, marque de morsure ou de blessure, infection, trace d'autres maladies. Mais rien. Rien d'autre qu'une forte fatigue, une fatigue universelle qui touchaient tous les êtres qui vivaient encore. Qui vivaient dans cette crainte de cesser d'un instant à un autre de le faire. Et nous perdions le temps, il s'écoulait. De longues secondes qui avaient pu paraître si superficielles dans notre vie d'avant, mais qui paraissaient pourtant vitales à présent. La plus douée pour les relations, dans le groupe, c'était Quincy, et puis Jesse s'en sortait pas mal aussi, mais moi... Alors je pris tout de même sur moi, et me forçai à sourire, me voulant un minimum rassurante.


« La prochaine fois que tu lances un appel à l'aide à la radio, indique ta position, une chance que... »


Je ne terminai pas ma phrase, un bruit avait alerté mes sens ainsi que mes réflexes. Il fallu moins de cinq secondes pour qu'une flèche frôle le tissus recouvrant l'épaule de mon nouveau partenaire et s'enfonce entre les deux yeux d'une rôdeuse qui avait dû passer l'arme à gauche – si on pouvait encore dire ça – à la quarantaine passée, elle s'écrasa par terre avec un bruit étouffé en même temps que je posai mes yeux sur elle, ou du moins sur cette chose. J'en eu presque un frisson, mais tentai de rester impénétrable à tout ce genre de sentiments de frayeur, de dégout. Il fallait que tout cela me passe au dessus, et parfois ça commençait à être le cas, pour un laps de temps déterminé en tout cas. Cette fois je m'imposai de dévisager le garçon. C'était encore un gamin. Non, les gamins, ça n'existait plus, nous étions tous sur le même plan, à tenter de survivre. J'en aurais mit ma main à couper, il devait avoir l'âge de Quincy, cette même lueur. Presque.


« Je crois qu'on est quittes maintenant. »

Je ne m'empêchai même pas de sourire, après tout, le faire prouvait que je n'étais pas une créature sans sentiments. Il fallait bien avouer que voir une nouvelle tête, qui plus est une tête qui n'était pas pleine de sang, de chair en putréfaction et d'une grande envie de me manger un bras faisait chaud au cœur. Calant à nouveau mon arc dans mon dos je m'approchai du cadavre – bien mort cette fois-ci – pour en retirer la flèche, l'essuyer et la récupérer. Je le faisais lorsque cela était possible, après tout, les munitions étaient comptées, il ne fallait pas cracher dessus. Puis je me retournai vers Omega et lui tendait ma main dissimulée derrière une mitaine gris sale.

« Contente de t'avoir trouvé, je n'm'y attendais pas, mais c'est une bonne surprise ! »


X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

∞ Le début de l'apocalypse. Personne n'y a cru. Quand on t'annonce que tu vas te faire bouffer par un monstre qui a pu être un de tes ex, tu dis pas « Cool ! j'attendais ça depuis toujours ! » Non. Tu flippes. Tu nies. Après vient l'acceptation. Mais il ne faut pas qu'elle soit une résignation. Il faut qu'elle devienne ta motivation, pour te pousser à exister, pas juste à survivre. Un coup de pied au cul, en somme.
Hope
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Alex Arnold
Fiche : Omega Ω, cela signifie la fin.
Âge : 19 ans
Arme fétiche : Un katana, et un couteau suisse.

Liens : A venir.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Sam 28 Avr - 23:07


Ω


    Il hocha doucement la tête, sentant au début de sa phrase le serment arriver. Elle parlait comme sa mère. Avec le sourire dans la voix. Toujours. Il se sentait nostalgique pour une femme qu'il n'avait pas assez aimé, ne lui en laissant pas le temps. Mais cette réflexion fut soudain coupée.

    Comme les mots de la jeune femme qui restèrent en suspens. Phrase brisée par un bruit nouveau. Et tout se passa si vite, et si lentement à la fois. Il y eut le grognement, puis le sifflement. Le corps lourd tombant dans un bruit sourd au sol. Et pourtant, l'adolescent eut l'impression de vivre la scène lentement, décomposée.

    Il ne bougea plus. Les bras ballants le long du corps. Le regard vide et la bouche légèrement entrouverte. Il se retrouva paralyser. Il vit la jeune femme blonde lui parler. Ses lèvres se mouvoir, un sourire se dessiner. Elle s'approcha, récupéra sa flèche. Mais il n'entendait plus rien. Plus rien qu'un sifflement sourd, comme celui de la flèche. Il était comme déconnecté.

    Sa tête lui tournait légèrement, et il sortit de son état d'absence pour prononcer un simple :

      « Merci...  »


    Il n'avait pas écouté le reste des paroles de la jeune femme, et ne savait par conséquent pas quoi dire de plus. Il était toujours aussi maladroit. Pouvait-on encore parler de lui comme un rejet de la société, vu que cette dernière n'existait plus ? Comment pouvait-il se distancer volontairement des autres êtres humains, quand ceux-ci n'étaient plus qu'une poignée ? Ces questions restaient en suspens. En fait, Omega n'avait même pas envie de se les poser.

    Vers ses pieds, s'écoulait le sang de la rôdeuse qui avait bien faillit mettre fin à son existence. Il planta son regard là dessus. Sur ce sang gluant et sombre. Qu'il n'avait que trop vu depuis un an. Son corps tremblait légèrement. Il était encore dans un état de choc.

    Etat de choc que la fatigue n'arrangeait en rien. Une migraine lancinante tambourinait de manière barbare les parois de son crâne. Ce n'était pas le moment de flancher ! Et pourtant... Il soupira, et fit un pas en arrière pour s'appuyer contre le plan de travail du petit restaurant. Ses jambes semblaient ne plus vouloir le porter. Il posa une main sur son visage, masquant ses yeux. Ce n'était pas très prudent. Mais, c'était le seul moyen pour atténuer la douleur. Le vent frais du début d'été qui se glissait par la porte ne suffisait pas à calmer ses bouffées de chaleurs qui transcendait son corps.

      « J'suis désolé...  »

      Désolé de me montrer si faible. De me présenter comme un fardeau. Un fardeau qui flanche si vite. Pourquoi je survis moi ? Moi, un individu inutile et en dehors de la société, alors que d'autres plus méritants sont morts ? Pourquoi ? Je ne suis rien. Rien qu'un insecte qui survit seulement en se glissant au travers des pieds qui tentent de l'écraser. Un fuyard.


    Il soupira. Il n'avait pas mangé depuis plusieurs jours, et il avait été naïf de croire que cela ne se ferait pas ressentir. La fatigue, la fin, la dépression, la solitude, c'était ça qui le menaçait plus que les morts-vivants qui peuplaient les rues à la recherche de chaire fraîche. Il crispa ses doigts sur son visage, tâchant de ne pas sombrer dans un malaise. Le choc de ce rôdeur caché, apparut par surprise semblait avoir sapé de son corps le peu d'énergie et de courage qu'il lui restait. Il n'était qu'une loque. Il l'avait toujours été...




X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

“ I never thought I'd feel this.
Guilty and unbroken down inside.
Livin' with myself, nothing but lies. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope

avatar



Messages : 49
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Amanda Seyfried
Fiche : Tout sur moi..
Âge : 27 ans
Arme fétiche : Un arc plutôt multifonction ainsi qu'une machette et divers poignards, au cas où.

Liens : J-J • Ami.
Quincy • Petite soeur adoptive.
Rafael • Complice, jeu.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Dim 29 Avr - 12:35


Mon bras retomba mollement le long de mon corps en le voyant flancher de cette façon. Une interrogation me vint à l'esprit, celle qui serait sans doute venue à celui de n'importe qui d'autre. D'où est-ce qu'il venait ? Comment il avait fait pour survivre jusque là ? Qui avait-il perdu ? Quelles étaient ses motivations à continuer. Après tout, il y avait ceux qui voulaient juste ne pas mourir, et puis il y avait les autres. Animés de vengeance ou de désespoir, ils devenaient rapidement dangereux. Malgré tout, ce Omega ne me paraissait pas dangereux. Pas pour un vivant, en tout cas, et dans l'état où il était, il ne l'était même plus pour un rôdeur. J'aurais pu lui promettre que tout irait bien, comme je l'avais fait pour Quincy, au début, mais ça avait été de l'insouciance. Rien n'allait bien. Rien n'irait jamais bien. Il valait sans doute mieux s'y faire sur l'instant.


• • • Nihil lacrima citius arescit • • •


« Hé... »

Consciente du danger qui flottait de partout, dans l'air, lourd, je m'approchais tout de même, rangeant mes armes avec un froncement de sourcil. J'attrapais ses épaules pour le forcer à me regarder, et tenter de percevoir cette lueur dans ses yeux. Il ne fallait pas renoncer, et je ne le laisserais pas faire si il en avait l'intention. Malgré tout, ce qui était le plus visible, c'était se visage faible, trop pâle, trop vide. Me reculant avec précipitation comme quelqu'un effrayé par quelque chose, je me mis à fouiller les placards en silence et discrétion à la recherche de quelque chose qui n'aurait pas trépassé face à sa date de péremption. Rien. Rien de potable. Rien dans un état plus ou moins bien conservé. J'imaginais facilement qu'il était déjà passé par là, sauf que je n'avais pas l'intention de le piller. Alors j'attrapai mon sac et en sortait une ration de survie. Le genre de truc militaire qui se garde un temps impressionnant, pas particulièrement délicieux, mais apportant tout ce qu'il fallait pour survivre, d'où le nom, après tout.


« Prends ça. »

L'ouvrant avec délicatesse – ou pas – je détaillais avec un peu d'inquiétude le contenu qui, il fallait l'avouer, ne ressemblait pas à grand chose. Malgré tout, si ça pouvait aider, je n'étais pas venue pour l'assassiner. Même si à la base, je n'avais même pas espéré le retrouver. Sauf que maintenant il était là, et je n'allais pas le laisser crever et se faire bouffer par ces choses, sûrement pas. Lui tendant la ration, je pris un peu d'élan pour m'asseoir sur le plan de travail à côté de lui.


« Ne sois pas désolé. Tu devrais plutôt être fier d'avoir tenu aussi longtemps dans cet état, c'est pas le cas de beaucoup de personnes tu sais. Tu ne t'es pas fais mordre, hein ? Je veux dire, je pourrais pas t'amener avec moi si c'est le cas, mais sinon... Dis, tu viens d'où ? J'imagine que t'as une voiture si t'as fait un bout de chemin. Ah, désolée pour toutes ces questions, je te laisse manger tranquillement. »

Je posais l'arrière de mon crâne contre un placard en fermant à moitié les yeux. Je rêvais juste de pouvoir dormir. Sans que des cris retentissent, aussi bien dans la réalité que dans mes songes, les cris des cauchemars de Quincy, les cris de rage, et le sang. Encore et encore. Nous étions tous traumatisés, ça me paraissait évident.


X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

∞ Le début de l'apocalypse. Personne n'y a cru. Quand on t'annonce que tu vas te faire bouffer par un monstre qui a pu être un de tes ex, tu dis pas « Cool ! j'attendais ça depuis toujours ! » Non. Tu flippes. Tu nies. Après vient l'acceptation. Mais il ne faut pas qu'elle soit une résignation. Il faut qu'elle devienne ta motivation, pour te pousser à exister, pas juste à survivre. Un coup de pied au cul, en somme.
Hope
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Alex Arnold
Fiche : Omega Ω, cela signifie la fin.
Âge : 19 ans
Arme fétiche : Un katana, et un couteau suisse.

Liens : A venir.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Dim 29 Avr - 13:55



Ω


    Il détestait se montrer faible. Combien de fois le vieux O'Malley lui avait flanqué une claque derrière la tête, lors de ses moments de relâchement ? Il soupira, n'ayant d'autre choix que de porter à ses lèvres sèches l'étrange mixture que lui tendait la jeune femme blonde. « Ne dépend jamais des autres. » Encore une fois, l'image de son vieux voisin, sa voix avec son accent marqué, lui revenait en esprit. Il soupira pour lui même, déglutissant difficilement.

    Un haut-le-coeur le souleva. Son gosier avait perdu l'habitude de servir à quelque chose, et le goût fade de cette nourriture ne l'aidait en rien à manger. Mais il ignora tout cela, pour pouvoir avaler le plus possible de ce qu'on venait de lui offrir. Il avait besoin de forces. Il avait besoin de forces, pour redevenir cet adolescent qui était parvenu à survivre, tout ce temps. La jeune femme sembla appuyer cette pensée encourageante en reprenant la parole, le questionnant. Il l'écouta en silence, mâchant sans grande conviction la pâtée.

    Après avoir avalé sa bouchée en grimaçant, et sentant revenir quelques forces déjà, lentement, il se redressa légèrement, et toussota légèrement pour reprendre la parole d'une voix rauque.

      « Merci, une seconde fois. »


    Il se sentait gêné, de tant dépendre de cette jeune femme. Il lui devait la vie, et cela le mettait mal à l'aise. Sans elle, il serait étendu au sol, le ventre ouvert et en train de se faire dévorer... Cette image n'était pas très... Plaisante. Il soupira, et se mit à répondre à sa succession de questions :

      « Non, je ne me suis pas fait mordre, ne t'inquiète pas. »


    Il s'autorisa un faible sourire, bien que la situation ne le permettait pas vraiment.

      « Nashville... J'viens de là-bas. J'ai un 4x4, dehors. Il ne me reste pas énormément d'essence, j'ai pas mal roulé... J'espère que des rôdeurs ne se le sont pas accaparés... »


    Il soupira, à cette éventualité. Ils lui avaient pris tout ce qu'il avait, alors pourquoi pas ça, aussi ? Non, vraiment... Il devait arrêter d'être défaitiste... Ce qui était plutôt difficile vu la situation, il fallait être honnête. Il releva le regard vers la jeune femme, le regard interrogateur :

      « Et... Toi ? Je veux dire, comment t'es arrivée là... En un seul morceau ? »


    Ses mots étaient maladroits, et mal-choisis, il en avait conscience... Mais il se demandait réellement comment elle était arrivée ici. Était-elle seule ? Avait-elle un groupe ? Connaissait-elle des refuges ? Où trouver des vivres ? Des armes...?

    Il espérait vraiment qu'ils pourraient s'aider, tous les deux. Il savait au fond de lui qu'il pouvait aider. Il avait un esprit tactique. Même si il s'était laissé dépasser, il avait l'intelligence qu'il fallait pour aider les autres... Il soupira, avant d'avaler sa dernière bouchée de ration. Il déglutit, sentant ses membres se désengourdir. La faim était quelque peu tarie, et cela lui rapportait énergie et motivation, doucement. Il eut un petit pincement au coeur, en songeant aux jeux auxquels il avait l'habitude de jouer, avant... Cela était un peu comme ça... Sauf qu'il n'avait pas de points de sauvegarde, aucun retour possible. Pas de vie en réserve... Oui, à présent c'était le monde réel. La fiction n'avait plus lieu d'être, car les êtres humains n'avaient plus le temps de se perdre dans des fantasies...


X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

“ I never thought I'd feel this.
Guilty and unbroken down inside.
Livin' with myself, nothing but lies. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope

avatar



Messages : 49
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Amanda Seyfried
Fiche : Tout sur moi..
Âge : 27 ans
Arme fétiche : Un arc plutôt multifonction ainsi qu'une machette et divers poignards, au cas où.

Liens : J-J • Ami.
Quincy • Petite soeur adoptive.
Rafael • Complice, jeu.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Dim 29 Avr - 16:33


Depuis des jours, des semaines, nous perdions peu à peu notre motivation, le cœur à l'ouvrage, particulièrement devant Rafael qui ne cessait de protester à chacune de mes intervention. Et ça en devenait plus blessant qu'agaçant. Avec lui, cela faisait un bon bout de temps que j'avais cessé d'être agacée, il était au stade bien au dessus. Une vraie tête à claque. Mais bon, il fallait vivre avec cela, j'étais persuadée depuis le début qu'il n'avait pas mauvais fond. Mais bon, tout cela n'était qu'une histoire parmi toute les autres. En fermant les yeux, j'avais apprit à faire le vide. Totalement. Pour repartir avec l'esprit clair, ne pas se coincer dans des pensées qui obstruent notre jugement, c'était la clé de la réussite.


• • • Non omnia possumus omnes • • •

Arrête de me remercier. Voilà ce que j'avais encore et encore envie de lui dire. Arrête de me remercier d'avoir tué ces choses. Parce que oui, j'arrivais parfois à être mélancolique. A cause de cette apocalypse, nous étions tous devenu des tueurs. Fin de l'histoire. Tuer des êtres qui avait été des gens bien, sans doute, et parfois c'était surtout les mauvaises personnes qui survivaient. Bien que... Je ne pensais pas que les gens qui m'entouraient fassent partie de cette catégorie de personnes, loin de là. Toujours fut-il que je penchai la tête en avant pour dévisager d'en dessous Omega, avec une bride de suspicion plutôt humoristique.


« Nashville ? T'as fait une sacrée trotte toi. »

A sa question, je me redressais pour reprendre un air sérieux, chose qui m'allait plutôt bien, mais surtout en temps de crise. Enfin, c'était constamment la crise, mais... Vous voyez ce que je veux dire. Ou pas. Mais tant pis, on va dire que oui. Donc, j'observais le jeune adulte sans ciller. Si je le ramenais avec moi, j'allais m'attirer les foudres de Rafael. Sans aucun doute. Mais on avait besoin d'aide, et il était évident que lui aussi. De plus, j'aurais eu assez mauvaise conscience de le laisser crever ici. Qui plus est dans un zoo. Non pas que j'ai quelque chose contre les zoos mais... Enfin... Bref.


« Je suis pas toute seule. Enfin.. Là, si, mais... »

Mon premier réflexe après cette phrase totalement ratée ? Me taper le front en soupirant, puis lâcher un rire franc, caractéristique du point auquel j'en étais tombée. Je me blasais par moment, vraiment. A ne pas savoir m'exprimer. Ne pas être particulièrement douée avec les gens était sans doute un de mes plus grand défaut. Mais, promis, je me soignais.


« On est un groupe, au nord de Memphis. On est pas beaucoup mais... Bah, on s'en sort comme on peut, en fait. Et puis, d'habitude on sort jamais seuls, mais je leur ai pas laissé le choix. »

En hochant doucement la tête, j'appuyais mes propos. C'était bien le moins qu'on pouvait dire. J'avais dit que je me tirais et que personne ne m'en empêcherait, que je reviendrais avant la tombée de la nuit, avec de la nourriture, et peut-être des armes, suivant ce que je trouvais. Résultat...


« Tu es tout seul j'imagine... Est-ce que tu voudrais que... »

C'était pas si simple que ça a dire. Après tout, ce gars m'avait rencontré cinq minutes à peine. Parmi lesquelles je lui avais sauvé la vie une fois, effectivement, mais bon. Je levais les yeux au ciel en me rendant compte d'à quel point je n'étais réellement pas convaincante parfois. Mais j'avais jamais eu besoin de l'être. Enfin, si, mais ça datait vraiment maintenant. Maintenant, je vivais comme je le voulais, même si je n'imposais pas ma loi aux autres, évidemment. Ils me suivaient ou ne me suivaient pas, ils avaient le choix.


X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

∞ Le début de l'apocalypse. Personne n'y a cru. Quand on t'annonce que tu vas te faire bouffer par un monstre qui a pu être un de tes ex, tu dis pas « Cool ! j'attendais ça depuis toujours ! » Non. Tu flippes. Tu nies. Après vient l'acceptation. Mais il ne faut pas qu'elle soit une résignation. Il faut qu'elle devienne ta motivation, pour te pousser à exister, pas juste à survivre. Un coup de pied au cul, en somme.
Hope
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Alex Arnold
Fiche : Omega Ω, cela signifie la fin.
Âge : 19 ans
Arme fétiche : Un katana, et un couteau suisse.

Liens : A venir.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Dim 29 Avr - 21:08



Ω


    Un groupe... Omega se mordilla la lèvre inférieure. Ce mot lui mettait un coup au coeur. Un groupe. D'autres survivants... Plusieurs. Cela faisait toujours du bien, de savoir de temps en temps, que l'humanité tentait encore timidement de perdurer . Il écarta de son visage quelques mêches de cheveux. Hope, c'était son espoir. Sa sauveuse, qui lui donnait encore un peu l'envie de croire qu'il arriverait à garder sa conscience, et ne pas se transformer en petit encas pour monstre.

    Il allait avoir l'occasion de se battre, encore. Et cela était bon à savoir. Elle commença à lui proposer quelque chose. Puis sa voix se perdit. Elle s'arrêta de parler, visiblement gênée. Il la fixa avec attention, guettant la fin de sa phrase, qui ne venait pas. Il resta silencieux un instant, avant de lancer un timide :

      « ... vous rejoindre ? »


    Sa voix couina légèrement, preuve de son malaise. Il sentait ses joues le chauffer légèrement. Il se sentait bête, de vouloir rejoindre ainsi un groupe. Il n'était qu'un fardeau, il le savait. Il soupira faiblement, s'apprêtant à s'excuser de sa bêtise, mais c'est alors qu'il perçut un bruit plus loin dans la cafétariat.

    Son coeur râta un battement, tandis que ses doigts se resserraient sur son katana sanguilonant. Ils n'étaient plus seuls. Ses sens étaient en alerte. Bon sang, il espérait sincèrement ne pas être tombés dans un nid à rôdeurs, un espèce de piège où ils débarquaient petit à petit avant d'arriver par dizaines. A deux, ils avaient bien peu de chances de s'en sortir, autant être réaliste. Mais il ne fallait pas autant paniquer. Il releva son regard vers la jeune femme, tandis qu'un autre bruit retentissait, discret.

      « Je crois qu'on a un problème. »


    Il murmura, le plus discrètement possible. Il regarda autours de lui, retenant sa panique. Il y avait forcément un moyen de s'échapper, si besoin. Il y avait toujours un moyen. Il suffisait de le trouver.

    Et ce moyen était cette porte, dans le fond de la cuisine. Légèrement entrouverte, elle laissait passer l'air frais dans la pièce. Derrière, il semblait y avoir de la verdure. Des arbres, des buissons... Des alliés pour se masquer, ou alors des pièges mortels. Cela passait, ou cela... Cassait.

    Il se retourna vers Hope, un regard interrogateur collé au visage. Il fallait agir, et vite. Il était évident qu'il y avait quelque chose ou quelqu'un qui approchait dangereusement.

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

“ I never thought I'd feel this.
Guilty and unbroken down inside.
Livin' with myself, nothing but lies. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J-J

avatar



Messages : 15
Date d'inscription : 29/04/2012

Ft : Jensen Ackles.
Âge : 32 ans.
Liens : Hope ; Amie.
Quincy ; Amie.
Rafael ; Ami.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Lun 30 Avr - 20:42


    Cet appel à l’aide avait été une véritable dose d'oxygène dans notre petit groupe. Ces derniers temps, on avait tendance à se laisser aller, à perdre espoir. Alors savoir que quelqu’un, même si il s’agissait d’une seule et unique personne, avait entendu notre appel et y avait même répondu, ça nous redonnait espoir. Quincy et moi avions passé du temps à essayé de déchiffrer le message, et ça n’avait pas été une mince affaire avec toutes les ondes et grésillements. Cependant, on ne perdait pas de vue l’objectif et c’était ça qui nous donnait suffisamment d’énergie pour travailler d’arrache pied dessus. Le résultat fut tout de même décevant. Un simple « Besoin d’aide … Omega. » Aucune indication quand au lieu où se trouvait ce fameux Omega, rien du tout. Et tout de suite, Hope avait voulu y aller, même si elle ignorait où se trouvait ce type. Il pouvait être n’importe où et elle, elle voulait simplement suivre son instinct. J’étais d’accord pour qu’elle y aille, je voulais même l’accompagner. Parce que oui, je trouvais toujours ça trop risqué de sortir seul, avec tous les rôdeurs qu’on peut croiser.. Sauf qu’elle voulait faire cette expédition seule. Je connaissais suffisamment Hope pour savoir que lorsqu’elle avait quelque chose dans la tête, elle allait jusqu’au bout, quitte à mettre sa vie en danger. J’avais légèrement protesté avant de me raviser, une autre idée derrière la tête. Qu’elle y aille seule, mais je ne serais pas loin. Bien qu’elle l’ignorerait..

    Alors, je l’ai laissé partir avec deux minutes d’avance. Puis, j’ai pris ma voiture et j’ai suivis la route pour aller à Memphis. Bien sûr, j’étais armé. Puisque j’allais la protéger à distance, j’avais choisi de prendre le seul fusil à lunettes que nous avions. En général, il nous servait lorsqu’on allait chercher des vivres. Je les couvrais tandis que les autres cherchaient de quoi se nourrir ainsi que des munitions et armes en tout genre. J’avais aussi pris mon arme de prédilection ; un semi-automatique, au cas où je devrais intervenir de plus prés. Bref, j’ai retrouvé sa voiture sur une route de Memphis. Je me suis arrêté sur cette même route, sachant que je ne parviendrais jamais à la retrouver si j’étais en voiture. Heureusement que je n’étais pas parti longtemps après elle. Je fis à peine quelques mètres avant de l’apercevoir au bout d’une rue. Prenant garde à ne pas attirer l’attention - ce qui était difficile pour moi, étant peu discret -, je la suivis, jusqu’à un .. Zoo. J’étais assez surpris par le choix de ce lieu, mais si Hope venait jusque là.. C’était pour une bonne raison. J’avais confiance en elle et ses capacités de chef de clan, je savais qu’elle prenait les bonnes décisions et qu’elle faisait tout ce qui était nécessaire à notre survie. Alors si elle pensait que cet Omega était dans un zoo.. Il y était probablement. Evitant les rodeurs, je la suivis encore un peu, jusqu’à ce qu’elle entre dans la cafétéria de ce même zoo.

    Je jetais alors un rapide coup d’œil aux alentours, cherchant un endroit depuis lequel je pourrais la couvrir en toute sécurité. Je trouvais tout de suite ce qu’il me fallait ; un chêne majestueux. Ses branches semblaient suffisamment longues et solides pour m’accueillir, et il n’y avait pas de rôdeurs autour - du moins pour l’instant, parce que si je me mettais à tirer, je savais que j’aurais peu de temps avant que les rôdeurs ne viennent, attirés par le bruit -. J’allais en courant jusque ce chêne avant d’y grimper, mon fusil sur le dos. J’avais encore jamais essayé de tirer avec un fusil depuis un arbre, mais bon, j’avais pas vraiment le choix, il n’y avait aucun autre endroit aussi proche et depuis lequel j’avais une vue sur la cafétéria, puisqu’il n’y avait qu’une seule vitre. Je m’installais à califourchon sur la branche avant de m’y allonger, positionnant mon arme vers la fenêtre de la cafétéria. Je regardais à travers la lunette ; la vue était parfaite. J’y vis Hope accompagné d’un type qui devait être Omega. Je ne le voyais que de profil, mais je supposais qu’il devait être assez jeune. L’âge de Quincy peut-être.. Soudainement, ils semblèrent à l’affut, comme si quelque chose avait attiré leur attention.. Ce devait être ça. J’examinais la cafétéria et pu voir quelques rôdeurs. « Fait chier.. » murmurais-je. Si je n’intervenais pas, je n’étais pas sûr qu’Omega et Hope s’en sortent. A cette pensée, mon cœur se serra. Non, je pouvais pas perdre Hope. Elle faisait partie de ma famille désormais. J’avais déjà perdu Sarah et Aaron, je supporterais pas une autre perte. Je secouais légèrement la tête. Soit optimiste, Jesse. L’heure n’était pas aux pensées morbides ; je devais me concentrer et aider Hope. Alors, je tirais sur le premier rôdeur qui tenta une approche vers Omega et Hope. Puis, un deuxième. Je priais pour que Hope ait la présence d’esprit de sortir de là, parce que les munitions n’étaient pas illimitées, malheureusement. Bien que, si jamais mon fusil n’avait plus de cartouches, je n’hésiterais pas à courir jusque cette cafétéria pour me jeter dans le combat, pour protéger Hope, quitte à en perdre la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope

avatar



Messages : 49
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Amanda Seyfried
Fiche : Tout sur moi..
Âge : 27 ans
Arme fétiche : Un arc plutôt multifonction ainsi qu'une machette et divers poignards, au cas où.

Liens : J-J • Ami.
Quincy • Petite soeur adoptive.
Rafael • Complice, jeu.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Lun 30 Avr - 21:27


Le premier bruit, il fut sans doute un des plus inquiétant, celui d'un rôdeur, j'en aurais mis ma main au feu. Ils avaient sans doute repéré notre odeur. Je retins un juron en me préparant au combat.


• • • Oculi plus vident quam oculus • • •

Sauf que... Sauf que visiblement, quelqu'un nous avait précédé sur ce terrain. Le bruit de la balle me fit sursauter et je me retournais vers la vitre pour voir d'autres rôdeurs arriver. Je n'eus pas le temps de repérer qui avait tiré, à vrai dire, ce ne fut pas la première question qui me vint à l'esprit. La gentille Hope s'était fait la malle. Ne restait plus que la survivante, celle qui se battait pour les autres, celle qui était venue pour la nourriture et pour venir en aide à quelqu'un. Alors, j'attrapais le bras d'Omega sans lui laisser le temps de poser de questions. Même si tout de même, je lâchais, à son attention :


« Je veux pas finir en plat de résistance. Ma voiture est de l'autre côté, va falloir courir, je le crains. »

En fait, la vérité c'était que c'était soit courir, soit se battre. Malgré tout, l'un paraissait beaucoup moins suicidaire que le deuxième, et mon choix était fait. Arrivée vers la porte, je perçu un faible grognement caractéristique. Et merde. Un léger sourire, un sourire proche de la déception et de la fatigue plus que d'autre chose, apparut sur mon visage en même temps que je donnais un violent coup de pied dans la porte. Pas discret, mais efficace. La tête du rôdeur valsa plus long laissant sur son passage une longue traînée de sang sombre. Maintenant venait l'autre question. Qui était venu nous aider ? Je soupçonnais quelqu'un du clan. Et j'avais bien sûr déjà mon idée là dessus. Même si je l'imaginais mal laisser Quincy avec Rafael. Mais c'est une autre histoire. D'ailleurs, mon opinion s'en trouva vérifiée lorsque je tournai la tête vers un arbre non loin. Toujours aussi bon tireur hein. Je ne pu m'empêcher une sourire en songeant aux nombreuses mises en garde et recommandations auxquelles j'avais eu droit. Effectivement, parfois, je n'avais pas totalement raison – chut – mais on continuait de se soutenir les uns les autres.


« Tu tombes toujours au bon moment J-J ! »

Je ne m'étais même pas empêché un sourire à cette réflexion, sourire vite disparu. En effet, un groupe d'une dizaine de rôdeurs arrivaient, et cela ne m'aurait pas vraiment inquiété si nous n'étions pas à Memphis. Memphis comptait BEAUCOUP PLUS que dix rôdeurs, facile d'imaginer ce qu'il adviendrait de nous si on ne se tirait pas rapidement d'ici. Je jetai un regard inquiet derrière nous, mais personne n'arrivait dans cette direction, une chance. Toujours assez à cheval sur les munitions, particulièrement celles des armes à feu, j'armais mon arc en stabilisant ma position. Les décisions, il fallait toujours les prendre vite, et malgré ce qu'on pouvait penser, nous n'avions pas de stratégie. C'était rarement le cas, ça arrivait, parfois, mais nous n'avions jamais décrit une stratégie générale, pour telle ou telle situation. Il y avait bien trop de facteurs qui pouvaient radicalement changer la donne. Je sentais mon souffle se calmer, comme à chaque fois dans cette situation. C'était pire qu'une transe. C'était bien plus fort que cela, c'était l'habitude. Immobile, j'attendais le moment propice, et réfléchissais à une vitesse folle.


« Je vous couvre, allez jusqu'aux voitures et passez me chercher si possible. Omega, laisse la tienne, on viendra la chercher plus tard, je pense pas qu'on ait le temps, là. »

Mon caractère de leadeuse ressortait dans ces situations. C'était sans doute mieux, après tout, cette capacité à réagir. Et, la situation ne nous laissait pas le choix. Un coup de feu aurait été trop risqué au niveau sonore, y aller à trois était trop risqué tout court. Alors tout alla très vite. Une flèche entre les deux yeux du rôdeur le plus proche, j'avais de la chance, ils ne formaient pas un front, mais plutôt une composition en triangle, voire en losange, un peu perdus de partout, et surtout ils n'avaient jamais été rapide. J'attendis donc que les plus rapides d'entre eux se traînent vers moi pour leur assener des coups aussi radicaux que fourbes. Vifs, bien portés, toujours la tête, ou les jambes. Avec un arc en métal aussi acéré, forcément, ça facilitait les choses. Et bizarrement, la seule chose que j'étais en train de songer, c'était que si je m'en sortais, j'allais avoir besoin d'une sacrée douche. J'en avais fait reculer la moitié lorsque je me mis sérieusement à m'inquiéter sur mon cas. Il fallait tenir le coup. Mais à chaque coup qui résonnait d'un bruit un peu trop fort, un peu trop métallique, à chaque grognement de douleur d'un rôdeur, ou à chacun de mes cris de rage étouffé par ma raison, je craignais que d'autres approchent. Et de six. Et de sept. Et...


X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

∞ Le début de l'apocalypse. Personne n'y a cru. Quand on t'annonce que tu vas te faire bouffer par un monstre qui a pu être un de tes ex, tu dis pas « Cool ! j'attendais ça depuis toujours ! » Non. Tu flippes. Tu nies. Après vient l'acceptation. Mais il ne faut pas qu'elle soit une résignation. Il faut qu'elle devienne ta motivation, pour te pousser à exister, pas juste à survivre. Un coup de pied au cul, en somme.
Hope
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Alex Arnold
Fiche : Omega Ω, cela signifie la fin.
Âge : 19 ans
Arme fétiche : Un katana, et un couteau suisse.

Liens : A venir.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Mar 1 Mai - 19:57



Ω


    Les coups de feu résonnèrent dans tout le corps d'Omega. Il sursauta, voyant les têtes des rôdeurs en tête du petit groupe exploser, comme au ralentit. Ce n'était pas le moment de se laisser dégoûter par ces visions sanglantes. Qui était là ? Qui venait de leur sauver la vie en abattant à distance ces quelques rôdeurs ? Il n'avait pas le temps de se poser la question. La situation était tendue, les monstres affluaient doucement, la bouche béante et l'air affamé. C'était effrayant, de les voir ainsi, le regard avide de chair fraîche et pourtant éteint de toute conscience. Il ne put réprimer un frisson.

    Déjà, Hope s'agitait. Ses réflexes étaient bien plus déployé que les siens. Il l'écouta, en silence, fronçant les sourcils. Et ce qu'elle lui proposait le dépitait. Les couvrir ? Elle allait rester là tandis qu'il s'enfuyait avec le tireur inconnu ? Mais c'était fou ! Comment allait-elle retenir tous ses zombies toute seule. Il sentit l'agacement monter, tandis qu'il l'observait en se mordillant la lèvre inférieure. Il ne voulait pas la laisser. Enfin, c'était insensé !

    Il fit un pas en arrière, la voyant se débattre contre les bêtes. Il savait qu'il devrait l'écouter. C'était la solution la plus stratégique, c'était évident. Mais... Quand même. Il ne se précipita pas de suite vers la porte pour rejoindre le tireur. Non, car là, derrière la jeune femme blonde... Un rôdeur s'approchait de trop près, sans qu'elle ne sembla le remarquer. Il poussa un juron, avant de s'élancer sur la sale bête pour déloger sa tête sanglante de son corps avec son arme.

    Il donna un coup de pied dans le corps sans vie pour s'approcher d'Hope. Il jura encore une fois, lui saisissant sa main avec fermeté, pour la tirer hors de là.

      « T'arriveras jamais à t'en sortir si tu restes là. »


    Sa voix avait pris soudain plus d'assurance. Il lui lança un regard sévère, avant de la tirer avec lui. La porte de derrière était la solution. La seule qu'il voyait. Si ils arrivaient à la fermer derrière eux, ils pourraient prendre un peu d'avance sur les rôdeurs. Et cela était tout sauf négligeable. De plus, en contournant le restaurant, ils pourraient également retrouver leur sauveur.

    Il fallait juste que tout cela fonctionne.

    Il tira avec lui la jeune femme, gardant un œil derrière lui, sur rôdeurs. Ils devenaient trop nombreux pour les affronter. Il passa la porte, et commença à la tirer. Les monstres arrivaient, et la porte semblait bloquée. Merde, merde, merde... Son cœur battait la chamade, et il allait presque se résigner lorsque la porte céda finalement dans un grincement sinistre, et se referma sur les rôdeurs affamés. Il s'autorisa un soupir de soulagement, et se retourna vers la jeune femme, appréhendant sa réaction :

      « Désolé, je pouvais pas te laisser seule. T'allais pas tenir. Le sermon sera pour après, sinon, on va finir en chair à pâté... »


    Il garda sa main, pour contourner le bâtiment. La végétation les masquait. Ils devaient trouver le tireur. « J-J » de ce qu'il avait comprit. Il le chercha du regard, sentant la pression lui faire perdre tout calme possible. Les rôdeurs s'acharnaient sur la porte, qui ne céderait certainement pas, du moins, pas avant un bon moment. Mais ils finiraient bien par faire le tour. Et alors... Cela en serait fini d'eux deux.

    C'est alors qu'il aperçut une silhouette masculine hissée dans un arbre, à quelques mètres de là. S'assurant qu'ils n'étaient à la vue d'aucun rôdeur, Omega se risqua à quelques signes pour indiquer à l'homme armé leur position. Ils devaient tous agir vite et s'enfuir d'ici. Rapidement. C'était une question de vie ou de mort, vraiment.


X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

“ I never thought I'd feel this.
Guilty and unbroken down inside.
Livin' with myself, nothing but lies. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J-J

avatar



Messages : 15
Date d'inscription : 29/04/2012

Ft : Jensen Ackles.
Âge : 32 ans.
Liens : Hope ; Amie.
Quincy ; Amie.
Rafael ; Ami.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Jeu 3 Mai - 22:11


    Avant le début de l’infection, je n’avais jamais tué un être vivant. J’étais dans l’armée pourtant.. Mais j’avais eu la chance de n’avoir eu le droit qu’à des simulations, des entraînements sur cible. Je n’avais jamais tiré sur une personne.. Et là, il y avait eu cette épidémie qui avait tout changé. Du jour au lendemain, je suis devenu un tueur. Les balles s’accumulent, les morts aussi. Au début, je ressentais toujours une sorte de culpabilité. Puis, avec le temps, j’avais compris que tuer était une nécessité. Tuer ou être tué, c’était ça le deal. Alors j’avais pas le choix, je devais mettre mes remords de côté. Parfois, il m’arrive de repenser à tout cela, comme c’était le cas maintenant. Je constatais toujours avec une certaine horreur à quel point j’avais changé en un an. Enfin, je n’étais pas le seul évidemment, c’était le cas de tous les survivants. Rafael, Hope.. Quincy aussi, alors qu’elle n’était encore qu’une gamine. Elle avait du grandir trop vite, sans avoir une adolescence normale. Survivre était devenu notre seule et unique préoccupation à tous.

    Enfin bref, une fois les deux zombies abattus, j’observais la réaction d’Hope et du fameux Omega. Rapidement, ils disparurent de mon viseur. Je commençais à m’inquiéter, me demandant où ils étaient. Ils n’étaient sans doute pas partis comme ça.. Je vis alors, pas très loin de l’arbre sur lequel j’étais positionné, Omega qui me faisait un signe, sans doute dans le but d’indiquer leur position. Je me dépêchais alors de ranger mon arme, la remettant sur mon dos. Chaque seconde comptait désormais et le but était de partir le plus vite possible, avant que d’autres rôdeurs ne viennent, attirés par le bruit et par l’odeur de la viande fraîche que nous représentions pour eux. Je descendis de l’arbre, allant dégainer mon arme de poing.. Avant de me raviser. Les balles étaient trop précieuses pour que nous les gâchions, il valait mieux que je me serve des armes à feux uniquement en cas d’extrême urgence. Ouais bon, d’accord, ça avait l’air d’être un cas d’extrême urgence. Mais tant que nous n’étions pas encerclés par les zombies, nous pouvions toujours nous en sortir en fuyant. Fuir était d’ailleurs devenue une option incontournable depuis l’infection. Les survivants ne faisaient que ça ; fuir dés qu’il y avait trop de rôdeurs. En même temps, nous n’avions pas le choix. Il fallait se rendre à l’évidence.. La Terre ne nous appartenait plus, elle était devenue l’entière propriété des rôdeurs. Et nous, nous étions devenus les intrus, en quelque sorte. Les maillons faibles de la chaîne alimentaire, aussi.

    Quoi qu’il en soit, je ne pouvais pas rester sans arme. J’avais toujours le couteau suisse que je ne quittais jamais.. Mais je n’allais pas tenir longtemps avec ça. Alors, avant de rejoindre Hope et le jeune homme, je cherchais rapidement de quoi me défendre, lorsque mon regard tomba sur une sorte de planche en bois, à l’extrémité de laquelle se trouvait des clous. Elle avait sans doute dû être utilisé pour fortifier un abri ou quelque chose comme ça.. En tout cas, maintenant, elle allait servir d’arme. Je la saisis et finis par rejoindre les jeunes gens. « Bah dis donc, le zoo c’est plus ce que c’était ! Cet endroit est devenu d‘un ennui.. Mortel. » lançais-je, à peine arrivé. Ouais, bon, cette blague était franchement merdique, mais Hope avait l’habitude. C’était une facette de ma personnalité qui était fortement ressortie au cours de l’infection. Sortir des blagues merdiques pour détendre l’atmosphère était ma façon de décompresser, d’aider les gens. C’était ma façon d’éviter les questions aussi, lorsqu’on cherchait à en savoir davantage sur ma vie avant tout ça.

    Blagues à part, il fallait que nous partions d’ici, et rapidement. Je jetais un rapide coup d’œil aux alentours. La route par laquelle j’étais venue semblait encore dégagée alors.. Peut-être que notre porte de sortie était là. Les rôdeurs étaient trop occupés par l’idée de venir ici qu’ils ne remarqueraient sans doute pas que nous partions de l’autre côté.. Enfin je l’espérais. Je montrais d’un signe de tête le chemin par lequel j’étais venu à Hope et Omega. D’ailleurs, je ne m’étais même pas présenté.. Ca attendra, il y avait plus urgent pour l’instant. « Les rôdeurs sont trop occupés à essayer de venir ici pour se soucier des autres chemins, alors on devrait passer par là.. J’suis arrivé par ce chemin et tout à l’heure, c’était pas trop infesté de rôdeurs. Quoi qu’on fasse, on doit se grouiller avant qu’ils ne se rendent compte qu’il suffit de faire le tour pour nous atteindre. » dis-je, toujours en faisant attention à ce qu’ils ne viennent pas par ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope

avatar



Messages : 49
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Amanda Seyfried
Fiche : Tout sur moi..
Âge : 27 ans
Arme fétiche : Un arc plutôt multifonction ainsi qu'une machette et divers poignards, au cas où.

Liens : J-J • Ami.
Quincy • Petite soeur adoptive.
Rafael • Complice, jeu.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Ven 4 Mai - 17:22


J'ignore pourquoi le temps d'avant me manque autant. Après tout, je n'ai rien perdu d'autre que de vieux fantômes. Des gens que je ne voyais déjà plus. Une vie menée seule. Je ne sais même pas pourquoi je vis avec eux. Sans doute parce qu'à présent c'est eux qui forment ma vie. Et cela n'a pas de quoi changer. Je me souviens de comment Quincy a voulu tout arrêter, et parfois, vu la vie que nous menons, je me dis que j'aurais sans doute mieux fait d'accepter cela, ça aurait été facile, encore plus d'une parfaite inconnue. Mais c'est l'égoïsme qui anime les hommes. Et sans doute que quelque part tout au fond de moi j'avais voulu cesser d'avoir à supporter cette solitude, au fond de moi elle m'oppressait et m'affaiblissait. Non ? Malgré tout, on est plus fort seul. Sans avoir à s'inquiéter pour les autres, sans avoir à compter sur eux, sans avoir peur d'être trahi. Mais j'ai confiance. Entièrement confiance.


• • • Omnia vincit amor  • • •


Je jure que je m'étais habituée aux vannes de Jesse. Que j'en avais atteint un point où elles arrivaient même à me faire sourire, rire, parfois. Sans doute pas autant que Quincy qui semblait particulièrement les apprécier. D'ailleurs, lorsqu'il commença à évoquer les rôdeurs, je me surpris à observer par la fenêtre les cadavres en voie de décomposition, en train de … Rôder ? Parmi eux, il y avait une petite fille. A vue d’œil, je lui aurais donné douze ans. Une petite gamine avec deux couettes dans un sale état. Et j'étais triste pour elle. Triste pour cette chose qui voulait me dévorer sans aucun état de conscience. Non, pas pour ça, pour celle qu'elle avait été avant. Celle dont le destin avait été brisé. J'aurais voulu sauver tout le monde, mais cela n'était hélas pas possible. Pas de potion miracle. Pas d'incantation. Pas de signe d'un quelconque Dieu. Juste la mort. La mort qui marche.


« Je... »

Il y avait eu un long moment de flottement dans ma tête, tellement long, mais à la fois si bref, comme si la réalité et mes pensées se mêlaient pour me troubler, pour me perdre. Malgré tout, je secouais vivement la tête et la hochais en observant mon ami. Mes amis. Un soupir, une inspiration, une expiration. Rapides. Brèves. Efficaces. Et puis j'avançais rapidement vers la porte, celle qui était notre chance de survie, pour y voir quelques rôdeurs qui ne semblaient pas intéressés par celle-ci mais plutôt par l'autre, celle qui était verrouillée. Il n'y avait pas à dire, ces choses étaient vraiment débiles. Quel intérêt à s'entasser contre une porte ? Cependant, ce n'était pas cela que je surveillais, hélas, mais c'était le fait qu'il semblait avoir effectivement pas mal de ces créatures qui approchaient, au fur et à mesure. Et nul doute que le bruit d'une voiture pourraient les conduire au clan comme un loup aurait pisté une brebis.


« Règle 27. »

J'avais lâcher cela d'un air tellement vide que c'en était devenu perturbant. La question que tout le monde se pose ? Quelle était la règle 27. Elle stipulait que lorsqu'on était devant le risque de se faire rejoindre par des rôdeurs et de mettre tout le clan en danger, on devait utiliser une diversion. La plupart du temps sonore. Pour attirer les rôdeurs ailleurs. Et pour cela... On avait souvent la solution. De mon sac, je sortais une grenade, la route par laquelle nous étions venus, et celle par laquelle nous allions rentrer n'était que très peu fréquentée par les créatures. Agitant la grenade sous les yeux de l'ancien militaire, je me retournais vers Omega et me semblai me rappeler tout à coup que lui ne savait rien de la règle 27.


« S'il y a le moindre de risque que ta sortie attire les rôdeurs au camp, il faut les retenir, ou les attirer, à un autre endroit. Là, y a des rôdeurs dans le coin. Le bruit des deux voitures va les attirer. Et ce n'est juste pas admissible. Alors on va faire diversion. J'imagine que y a pas de volontaire pour jouer les héros ? Ne faites pas les idiots. Cette fois c'est clair. L'un de nous fait diversion en cassant une vitre et en attirant leur attention, pendant que les autres rejoignent les voitures. Pas nécessaire d'avoir le même coup que la dernière expédition. »

La dernière fois, nous étions aller chercher des vivres dans une ville plus proche du camp, le genre de ville tellement paumée qu'on y imagine pas de rôdeurs, mais y en avait quelques uns. Et la voiture voulait pas démarrer, au dernier moment. Autant dire un bon coup de flippe pour rien, cette fois, il ne valait mieux pas que ça arrive.


« Et donc, après cela, lorsque les deux autres sont sortis, le premier dégoupille et jette la grenade le plus loin possible puis rejoint rapidement les autres. Et on se casse de ce trou. »

Inutile de préciser que même si un jour tout reviendrait à la normal, je ne retournerais plus jamais au Zoo. J'avais sans eu ma dose, et même pas moyen de voir des animaux. Est-ce qu'ils avaient été zombifiés eux aussi ? Ou avaient-ils seulement servis d'encas ?


X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

∞ Le début de l'apocalypse. Personne n'y a cru. Quand on t'annonce que tu vas te faire bouffer par un monstre qui a pu être un de tes ex, tu dis pas « Cool ! j'attendais ça depuis toujours ! » Non. Tu flippes. Tu nies. Après vient l'acceptation. Mais il ne faut pas qu'elle soit une résignation. Il faut qu'elle devienne ta motivation, pour te pousser à exister, pas juste à survivre. Un coup de pied au cul, en somme.
Hope
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega

avatar



Messages : 46
Date d'inscription : 18/04/2012

Ft : Alex Arnold
Fiche : Omega Ω, cela signifie la fin.
Âge : 19 ans
Arme fétiche : Un katana, et un couteau suisse.

Liens : A venir.

MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   Dim 6 Mai - 12:16



Ω


    Il était resté légèrement en retrait, lorsqu'ils avaient été rejoints par J-J. Mal à l'aise, perturbé par la situation, il avait suivit l'échange en silence, s'accordant un léger sourire nerveux à la boutade de l'homme. Puis il avait écouté leurs analyses de la situation, sans rien dire.

    Et Hope avait évoqué la « Règle 27 ». Il l'avait fixé en haussant un sourcil, sans comprendre. Son regard c'était ensuite porté sur la grenade qu'elle serrait entre ses doigts. Il ne pouvait s'empêcher de fixer l'arme, le genre d’attirail qu'il n'avait jamais vu de ses propres yeux auparavant. Il éprouvait un étrange sentiment de répulsion mélangé à de la fascination pour cet objet contenant une puissance pas croyable.

    Hope expliqua la fameuse règle. Il l'écouta en silence, les battements de son coeur s'accélérant, et fronçant les sourcils. Lorsque Hope se tut, un léger silence s'installa. Léger et court. Omega releva la tête, dans une impulsion, et saisit la grenade. Le regard déterminé, la moue sérieuse, il lâcha :

      « Je m'en charge. »


    Il était fou. Il le savait. Putain, quelle idée. Mais il ne laissa pas place à la remise en question, et se redressa. Il avait entre ses doigts le petit objet. Si dangereux... Il soupira, échangeant un dernier regard aux deux autres survivants, peu confiant. Il se mordilla la lèvre, se dirigeant, le dos courbé et les pas légers et rapides vers les toilettes délabrés situés quelques mètres derrière le restaurant, et assez loin du chemin que voulaient emprunter J-J et Hope.

    Son coeur battait la chamade, résonnant dans son corps, dans ses tympans, le motivant à se dépêcher toujours plus. Les autres comptaient sur lui, il devait réussir... Et se sacrifier ? Bon sang, c'était sur, il allait mourir. Il n'était pas fait pour cela. Il s'insulta mentalement, avant d'arriver finalement devant les toilettes. Ils avaient été condamnés par de larges planches de bois, tâchées d'un sang brun séché. Il préférait ne pas se poser de question, ou imaginer ce qui s'était passé ici.

    Il s'avança toujours en silence, et s'arrêta devant une fenêtre crasseuse. Voilà ce qui allait lui servir de diversion. Il ramassa un large bâton au sol, et le serra de sa main droite, l'autre gardant toujours la grenade. Il tremblait. Il ferma les yeux, se concentra, et, la peur au ventre, frappa d'un grand coup la vitre. Le verre éclata dans un grand fracas.

    Il resta immobile, ne sachant plus quoi faire. Il attendit, tandis que des grognements se rapprochaient. Il espérait que les deux jeunes gens étaient sortis et s'étaient déjà enfuit de leurs cachettes. Il aperçut la masse de rôdeurs qui approchaient déjà dangereusement... 'Tain... Il était dans la merde.. Il soupira, et pris une profonde inspiration.

    Et il le fit. Après quelques très longs instants d'attente, il dégoupilla son arme et la lança le plus loin possible, sans se poser de question. Et maintenant, il fallait courir. Il devait rejoindre les autres... Il les chercha du regard, dans la panique, les sens troublés par la montée d'adrénaline. Allez, maintenant il pouvait s'en sortir, hein ?

X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

“ I never thought I'd feel this.
Guilty and unbroken down inside.
Livin' with myself, nothing but lies. ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Shared Loneliness Ω Hope   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shared Loneliness Ω Hope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le départ de Hope.
» Hope, chienne accidentée, ignorée et laissée mourir !!
» [Table] Hope by Rafael MORGAN
» Helianthemum "Ben Hope"
» ASSOCIATION HOPE ASSOC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Memphis :: The Zoo-